Maquette numérique : quelle plateforme BIM choisir ?
Et demain ?

Maquette numérique : quelle plateforme BIM choisir ?

13.09.2017

Pour les acteurs de l’immobilier et du bâtiment, le chemin vers la maquette numérique passe souvent par le choix d’une plateforme et/ou d’un format de fichier. Une décision qui mérite d’être longuement mûrie car elle a forcément des conséquences (heureuses ou fâcheuses) sur le succès des futurs chantiers. Rémi Visière – Directeur R&D et Innovation de GA Smart Building – partage son expérience et ses conseils.

Comment le Groupe GA a abordé ce choix délicat des plateformes et formats BIM ?

Indépendamment du BIM, nous utilisions déjà depuis une dizaine d’années des outils de modélisation pour différents métiers comme la conception d’équipements de traitement d’air ou l’industrialisation de produits béton. Nous disposions donc d’une longue expérience sur ces sujets. En 2014, le BIM a commencé à émerger en France. Nous avons alors considéré qu’il serait assez simple de valoriser cette expérience afin de modéliser désormais l’ensemble des bâtiments et plus seulement quelques éléments séparés. Il ne s’agissait alors pas seulement de créer de belles maquettes, mais plutôt de rendre nos processus constructifs plus efficaces et d’améliorer l’exploitation de nos réalisations. Le Groupe GA m’a alors donné six mois pour définir un plan d’action. Il s’agissait notamment d’étudier ce qui existait sur le marché, de définir nos besoins et d’imaginer des méthodes de travail avec nos partenaires.

Quelles ont été les conclusions de cette phase de réflexion ?

Nous nous sommes très vite rendus compte qu’en matière de maquette numérique, nous ne pourrions pas appliquer la même approche que celle retenue par l’industrie aéronautique. A savoir : imposer à tous les acteurs de travailler sur le même outil logiciel. Nous aurions alors risqué de freiner l’adoption du BIM et même de ralentir le rythme de nos chantiers. De toute façon, il existait déjà presque un logiciel différent par métier. Il semblait donc impossible d’internaliser le travail de tous ces métiers. En revanche, nous souhaitions faire en sorte que nos partenaires puissent nous retranscrire facilement leurs informations. Nous avons alors découvert un format standard d’échange : IFC. Celui-ci offrait une belle promesse d’interopérabilité. Nous avons également conclu à la nécessité de rédiger des documents contractuels en amont pour définir les règles de modélisation. Passé cette étape, il nous manquait encore une brique essentielle : comment les personnes vont échanger l’information facilement ? Nous avions besoin d’un outil collaboratif d’échange.

C’est le rôle des plateformes. Laquelle a eu votre préférence ?

Nous nous sommes orientés vers Trimble Connect. Nous nous sommes rapidement lancés avec un projet pilote : le Campus Thales Bordeaux dès 2015. Ce chantier a été une véritable locomotive. Il nous a aidé à mettre en place la plateforme, à monter en compétence sur le format IFC et à donner naissance à un écosystème BIM en interne et en externe. Grâce à ce travail exigeant nous avons désormais une équipe BIM totalement opérationnelle. Nous le vivons comme une petite victoire car, il y a trois ans, beaucoup de fournisseurs ou de confrères étaient sceptiques. Depuis, nous avons démontré la faisabilité de notre démarche et remporté plusieurs prix professionnels, notamment le Tekla Gobal BIM Awards niveau Monde. Cela nous a offert une belle reconnaissance et nous a permis de poursuivre notre démarche d’innovation, notamment sur le thème du BIM exploitation. Depuis, l’ensemble de nos projets sont développés en BIM.

 

Campus Thales Bordeaux © Graphix Images

Quels conseils auriez-vous à donner à des confrères moins avancés qui aimeraient se lancer ?

D’abord de bien réfléchir avant d’investir dans un outil 3D ou de dépenser des fortunes en formation des équipes. Il faut d’abord répondre à des questions stratégiques : De quelle manière je travaille aujourd’hui ? Comment mon activité va évoluer demain ? Qu’est-ce que le BIM va m’apporter ? C’est seulement parce qu’elle répond à des usages concrets que la technologie est pertinente. Certains constructeurs font réaliser de très belles maquettes numériques par leurs architectes mais repassent ensuite aux méthodes traditionnelles lors de l’exécution. C’est un peu dommage. Quitte à se lancer, il faut être convaincu de la plus value, de l’utilité du BIM pour son entreprise.

Un article signé OKedito

Articles associés

BIM : À qui appartient la maquette numérique d’un bâtiment ?
Et demain ?
26.10.2017

BIM : À qui appartient la maquette numérique d’un bâtiment ?

A qui appartient la propriété intellectuelle de la maquette numérique BIM ? Éléments de réponse avec Xavier PICAN, avocat-associé chez Osborne Clarke.

BIM : du bâtiment intelligent à la ville intelligente
Et demain ?
09.06.2017

BIM : du bâtiment intelligent à la ville intelligente

Comment le BIM peut-il contribuer à la Smart City ? Les réponses d'Olivier Blachon, directeur Business Development de Visiativ.

BIM World : « Aujourd’hui le sujet du BIM est plus vaste que la simple maquette numérique »
Et demain ?
28.03.2017

BIM World : « Aujourd’hui le sujet du BIM est plus vaste que la simple maquette numérique »

Le BIM World est le RDV de référence en matière de transformation numérique. Enjeux et tendances du BIM en 2017 avec Christophe Féry - General Manager de BIM World.