La quête du silence au bureau
Et demain ?

La quête du silence au bureau

26.04.2017

Si open space rime avec convivialité et fluidité dans les échanges au travail, il peut être utile parfois de retrouver le calme du bureau fermé. Mais comment s’isoler du bruit ambiant sans s’entourer de quatre murs ? Des zones de silence à la technique du masquage sonore, tour d’horizon des solutions innovantes pour favoriser la concentration dans l’entreprise.

D’après une enquête de l’Ifop publiée en octobre 2016 à l’occasion de la Journée Nationale de l’Audition, 8 Français sur 10 se disent gênés par le bruit au travail. Pourtant la gestion du bruit sur les lieux de travail est de plus en plus prise en compte dans l’aménagement des bureaux, en particulier des open-spaces.

Zones de silence

Comme le remarque Elisabeth Pélegrin-Genel, architecte et psychologue du travail dans son ouvrage Comment (se) sauver (de) l’open space ?, les nouveaux espaces de travail sont multiples et combinent désormais des bureaux ouverts et des espaces plus intimes, des zones silencieuses où il est possible de s’isoler pour travailler au calme à l’image des « cabanes » dans les locaux de Google en Californie. Aux Etats-Unis, l’entreprise Steelcase propose par exemple des bureaux vitrés et silencieux où les collaborateurs plus sensibles aux nuisances sonores peuvent profiter d’un environnement propice à la concentration. D’autres espaces ressemblent à des « petits salons », aménagés avec des canapés et une table basse, à la frontière entre l’espace commun et un environnement cosy et plus intime. Ces espaces multi-fonctionnels peuvent tour à tour être utilisés pour passer des appels téléphoniques, organiser un entretien ou travailler quelques heures en solitaire. Dans ses bureaux parisiens, le Groupe GA, qui vient d’annexer un nouvel étage, y a prévu une « quiet zone », salle dédiée au travail en silence. Des espaces pour téléphoner sont prévus à l’extérieur de espace de travail où le silence est roi.

Le port du casque ?

Dans des environnements bruyants, certains collaborateurs ont pour réflexe de travailler avec un casque audio sur les oreilles, solution miracle pour entrer dans sa bulle en choisissant sa propre ambiance sonore ou l’écoute de musique motivante. Certains casques appelés « anti-bruits » diminuent aussi le volume sonore ambiant. Mais comme le remarque un magazine américain, le port des écouteurs en entreprise n’est pas une solution toujours idéale car il peut renvoyer une mauvaise image et nuire aux interactions informelles qui sont stimulantes et créatives. Ainsi, plusieurs innovations technologiques proposent de diminuer les nuisances sonores sans pour autant isoler physiquement les individus.

Muzo, un boitier anti-bruit

Avec son boitier baptisé Muzo, la startup californienne Celestial Tribe promet de rendre notre environnement ultra-silencieux en éliminant tous les bruits qui nous dérangent. Cet objet financé par les internautes devrait être commercialisé au printemps 2017. Sa technologie repose sur la réduction active de bruit que l’on retrouve actuellement dans certains casques audio : le boitier est équipé d’un capteur qui analyse les sons ambiants et diffuse des fréquences « contraires » qui annulent et masquent la perception des bruits captés. Les créateurs de Muzo affirment créer de véritables bulles de silence dans n’importe quelle situation : au travail, à la table d’un café ou dans son appartement. Mais comme le remarque Sciences et Avenir, l’acoustique est une science complexe, notamment lorsqu’il s’agit d’environnements ouverts aux ambiances sonores hétérogènes. Il est donc possible que cette technologie ait bien du mal à tenir ses promesses…

Le masquage sonore

Dispositif moins ambitieux mais parfaitement adapté aux bureaux, l’entreprise française ORFEA Acoustique Développement a conçu Silent Space, des boitiers pour améliorer l’acoustique des espaces de travail et diminuer le brouahaha. Le principe est simple, un boitier analyse le son général et des enceintes discrètes réparties dans l’espace diffusent une sorte de « couverture sonore » constante et neutre qui homogénéise et adoucit le bruit environnant. S’apparentant au bruit des vagues, il n’est plus identifiable au bout de quelques heures et parvient pourtant à réduire la zone où la parole humaine est intelligible, empêchant ainsi les conversations des voisins de distraire leurs collaborateurs. Cette technologie crée alors des zones virtuelles de concentration. Aujourd’hui dans les pays anglo-saxons, 20 % des bureaux partagés seraient équipés de ce type de technologie.

Des aménagements intelligents et multifonctions au masquage sonore, autant de solutions pour rendre les bureaux plus agréables pour tous, tout en restant groupés !

Un article signé Usbek & Rica

Articles associés

Communications unifiées : la fin du téléphone de bureau ?
Et demain ?
25.07.2016

Communications unifiées : la fin du téléphone de bureau ?

À l'heure du nomadisme professionnel, les communications unifiées pourraient bien sonner le glas du téléphone fixe au bureau.

Quiz : Quel collègue êtes-vous ?
Et demain ?
27.07.2016

Quiz : Quel collègue êtes-vous ?

Quiz de l'été : désordonné, maniaque ou décontracté, quel collègue êtes-vous ?

Entre la maison et le bureau : comment optimiser son temps de trajet ?
Et demain ?
23.02.2017

Entre la maison et le bureau : comment optimiser son temps de trajet ?

Que l'on soit coincé dans les bouchons ou dans les transports en commun, quelques idées pour rendre ses trajets plus utiles et agréables, et être bien au travail.