Biennale Internationale du Design : Saint-Etienne imagine l’avenir des espaces de travail
Et demain ?

Biennale Internationale du Design : Saint-Etienne imagine l’avenir des espaces de travail

Jusqu’au 9 Avril prochain, la ville de Saint-Etienne accueille la dixième Biennale Internationale du Design consacrée aux mutations du travail. Des centaines de propositions d’artistes, de designers et d’architectes imaginent de possibles évolutions du travail reconfigurant notre utilisation de l’espace.

Bouleversé par la révolution numérique et l’émergence de plateformes de partage, le travail a profondément changé de formes. L’émergence des travailleurs nomades et des freelancers est bien le signe d’une époque où le travail n’est plus forcément ancré dans un espace physique strictement déterminé. Le bureau est mort, vive le bureau ! prophétise peut-être un peu vite une première exposition à l’Office du Tourisme de Saint-Etienne où plusieurs prototypes destinés aux entreprises attentives au confort et au bien-être de leurs équipes sont exposés. Car si le bureau n’a pas complètement disparu, il s’adapte désormais aux besoins et aux envies des usagers. Flexibilité, conviavialité et fun sont les maîtres mots des nouveaux mobiliers de bureaux à l’image des cubes Pixel imaginés par le constructeur autrichien Bene. Ces cubes en bois creux, design et légers, s’assemblent comme des Lego et offrent une solution stimulante, ludique et créative pour moduler les espaces. Selon les besoins, les collaborateurs peuvent construire des gradins, des tables hautes ou des rangements.

Le bureau de demain sera également plus écologique et plus confortable. Imaginé par les étudiants de l’école Boule et Majencia, le fauteuil inclinable Grand Angle permet par un simple mouvement du corps de changer de position, d’une posture active (à 90 degrés) à une posture de relaxation (à 120 degrés), le tout sans changer de fauteuil ! A deux pas, Normal Studio exposait leur Capteur, une vitre verticale colorée et photovoltaïque produisant de l’énergie solaire capable de recharger les téléphones de manière écologique !

Moins centrés sur l’espace de l’entreprise, les expositions à découvrir à la cité du Design, installée dans l’ancienne Manufacture d’armes de Saint-Étienne, dressent un panorama moins optimiste concernant l’avenir du travail et nous interroge : les internautes sont-ils des travailleurs qui s’ignorent ? Alors que le digital labor s’immisce dans nos vies hyper-connectées rendant toujours un peu plus floue la frontière entre temps libre et temps de travail, de nouveaux termes apparaissent comme « weisure » contraction de work et leisure ou encore « playbor », formé à partir de play et labor. Où commence et où s’arrête le « travail » à l’heure où toutes nos traces numériques, nos likes et nos clics sont enregistrés et monétisés par les grandes plateformes qui dominent le web comme Facebook, Apple, Google et Amazon ? Dans une pièce, un piano connecté joue en fonction des modifications réalisées en temps réel par les internautes sur l’encyclopédie collaborative en ligne Wikipédia. Une manière de donner à entendre ces flux d’informations permanents reconfigurant aujourd’hui nos sociétés. Le micro-travail se développe avec des plateformes comme Amazon Turk qui compte aujourd’hui plus de 500 000 inscrits réalisant pour quelques dollars des tâches simples et répétitives en ligne : Clics, modération d’images ou rédaction de commentaires. Avec l’installation Dark Content, Eva et Franco Mattes ont collecté les témoignages de modérateurs, travailleurs de l’ombre en Arizona, en Philippine ou en Bulgarie pour qui ces mutations du travail, loin d’être émancipatrices, riment avec plus de précarité et d’anonymat.

L’exposition Extra-vaillance imaginée par des auteurs d’anticipation dont Alain Damasio et le collectif Zanzibar reste fidèle à la vision dystopique de la science-fiction sur l’avenir du travail. Un ballet de plantes vertes robotisées, version futuriste des agents d’accueil, accueille les visiteurs en raillant le discours managérial dominant à coup d’injonction à la créativité et la productivité. Soyez ouvert à tout ! Soyez unique, souriez ! La raréfaction du travail annoncée par la robotisation future de nombreuses tâches et le développement croissant des algorithmes laissent aux auteurs le choix d’imaginer une société du travail un peu plus inégalitaire et aliénante. Ainsi certains artistes choisissent de montrer une vision très pessimiste du monde du travail de demain où le robot vient remplacer l’homme et orchestre nos vies.
Proposition originale au sein de l’exposition, une quinzaine de fictions sonores sont diffusées dans l’exposition mais également disponibles en ligne.

Mais heureusement face à ces imaginaires dystopiques, certains designers s’engagent pour des futurs bien plus optimistes. Face aux mutations du travail, le design ne se limite pas à du dessin d’objet pour de la production en série, mais apparait comme un véritable outil de conception social et politique au service des usagers. L’espace Le bureau générique ou le temps des cols blancs créatifs témoigne parfaitement de cette nouvelle tendance aux espaces modulables, aux pièces intimes et cosy qui s’invitent dans les open-space. On peut y découvrir les aménagements des Magasins Généraux, les nouveaux locaux de l’entreprise BETC à Pantin imaginés par des designers et des architectes… en collaboration avec les collaborateurs ! Une expérience récente encore unique en France. Les locaux de BETC sont par exemple équipés du fauteuil de bureaux Capisco, recyclable à 90% dessiné par le designer Danois Peter Opsvik. Un fauteuil ergonomique au formes originales qui participe au dynamisme des postures et favorise la circulation sanguine. Le designer Adrien Rovero a imaginé des gradins en épicéa recouverts de coussins en mousse pouvant accueillir jusqu’à 60 personnes. Une installation qui fait référence autant au spectacle antique qu’à l’écoute et à l’être ensemble. Créant de petites unités de travail, intimes et isolées, l’architecte Jean-Benoit Vetillard propose deux installations originales : Le CAB, une sorte canapé à deux étages en matière isolante où il est possible de discuter jusqu’à 3 personnes et qui s’inspire de l’intérieur des taxis new-yorkais. Le bureau F1, espace de travail individuel est constitué de deux tables empilées l’une sur l’autre et camouflées par des rideaux rappelant les maisons méditerranéennes créant ainsi un espace doux et feutré propice à la concentration.

Au fil des installations, confort et bien-être apparaissent comme la priorité des architectes et designers d’espaces de travail. Une approche qui a aussi inspiré les étudiants de l’école de design Nantes Atlantique. Présenté à la biennale, leur projet Reconnecte propose des bureaux à hauteur variable adapté au travail assis en individuel tout comme au travail debout en mode collaboratif en utilisant même l’espace sous le bureau. Afin d’aider les collaborateurs dans leur rythme de travail, un objet connecté – appelé Mélong – équipé d’un petit gong inspiré par la méditation tibétaine sonne toutes les heures pour inviter les utilisateurs à déconnecter si nécessaire.

Réunissant artistes, designers et acteurs du monde de l’entreprise, la Biennale du Design de St-Etienne dresse un portrait intelligent et inspirant des solutions imaginées pour accompagner les mutations du travail et recomposer nos bureaux de demain, de plus en plus à l’écoute des usagers et de leur bien-être.

Un article signé Usbek & Rica

Crédits : CC Unsplash Mike Wilson , Bene , Boule et Majencia , Normal Studio , Peter Opsvik , Jean-Benoit Vetillard , DR
2020-01-06T15:50:24+01:00 admin