Shedworking : Et si on travaillait mieux au fond du jardin ?
Et demain ?

Shedworking : Et si on travaillait mieux au fond du jardin ?

Ecolo, original et économique, le bureau aux airs de cabane en bois au fond du jardin séduit de plus en plus de travailleurs. Apparue en Grand-Bretagne, la mode du « shedworking » débarque en France. Et si on travaillait mieux au fond de son jardin ?

Une cabane au fond du jardin

Dans son ouvrage de référence Shedworking : The Alternative Workplace Revolution (2013) Alex Johnson, journaliste pour le quotidien britannique The Independent, revient sur l’émergence d’un véritable phénomène. Alors que le travail à distance se développe et les travailleurs indépendants se multiplient, les espaces de travail, loin d’apparaître obsolètes, se relocalisent parfois dans les jardins des particuliers. « La révolution industrielle a transformé l’organisation du travail. Aujourd’hui, la majorité d’entre nous est contrainte de se déplacer tous les jours pour se rendre dans des « bureaux-usines » avant de rentrer chez soi » explique Alex Johnson. « Le shedworking est selon moi un retour à une tradition du travail à la maison et des industries familiales qui existaient auparavant ». Comme le remarquait le Guardian, travailler au fond du jardin était une pratique largement répandue chez les artistes et les écrivains anglosaxons comme Philip Pullman, Roald Dahl ou Henry Thoreau. Mais aujourd’hui, cette tendance à s’isoler en se rapprochant de la nature pour mieux se concentrer touche aussi bien les professions libérales que les spécialistes en logiciels. En Angleterre, l’abri aménagé dans le jardin – appelé « shed » en anglais – est alors une solution idéale où de nombreuses maisons ne possèdent pas de pièces supplémentaires pouvant faire office de bureau. « Cela permet d’avoir un espace à soi et d’éviter que la famille et les animaux n’envahissent votre lieu de travail » poursuit Alex Johnson. « Psychologiquement, cela instaure une vraie distinction entre la vie professionnelle et personnelle et c’est bien plus amusant de choisir à quoi ressemblera son bureau et d’être libre de s’y rendre habillé comme on le souhaite. Le bureau de jardin est une sorte de sanctuaire qui libère des pressions de la vie moderne ! » lance-t-il. Un bureau chez soi qui permet aussi de faire des économies et de respecter l’environnement en évitant de prendre les transports tous les jours.

« Shedworker » en France ?

En France, l’entreprise Selectiv’ Habitat propose un micro-bureau très lumineux de 5 m² installé dans le jardin pour les télétravailleurs qui souhaitent séparer vie privée et vie professionnelle. Une installation légère et sur-mesure qui ne nécessite pas d’autorisation administrative particulière. Basée à Le Chesnay dans les Yvelines, l’entreprise Ecospace France offre également des solutions pour les adeptes du shedworking. Les WorkPods sont des bureaux conçus avec des panneaux isolants avec un extérieur en bardage bois pour se fondre idéalement dans le jardin. « C’est bien plus qu’une cabane de jardin et cela reste un investissement » reconnait Cyril Bardou-Jacquet, gérant d’Ecospace France. «  C’est bien isolé et c’est fait pour durer » précise-t-il. Ces dernières années, cette solution attire des travailleurs indépendants, des professionnels qui se mettent à leur compte, des infographistes… « Il y a aussi une demande des professions libérales qui ont besoin de plus d’espace qu’un simple bureau » ajoute-t-il. Pourtant selon lui, les contraintes administratives françaises freinent l’implantation de ces bureaux innovants. « En Angleterre, la réglementation est moins lourde, en France, il faut un permis de construire pour une surface supérieure à 20 m² et une déclaration préalable de travaux qui reste un dossier contraignant à remplir, rallongeant les délais d’installation de 5 à 6 mois » reconnait l’entrepreneur. A cela s’ajoute les règles d’urbanismes propres aux communes qui peuvent interdire certaines installations jugées non conformes.

Mais à l’heure où l’organisation du travail est en pleine mutation, Cyril Bardou-Jacquet reste optimiste : « Ce type de bureau, c’est l’avenir ! Le shedworking est une nouvelle façon idéale pour travailler, plus détendue et écologique, dans un environnement agréable. » Ces bureaux nouvelle génération ne sont pas sans rappeler l’approche des caravanes de la start-up hollandaise KantoorKaravaan, reconverties en bureaux et en salles de réunion mobiles installées au beau milieu de parcs régionaux. Plusieurs études démontrent que l’on travaille mieux lorsque nous sommes en contact avec la nature, facteur de bien-être et de productivité. Et Cyril Bardou-Jacquet d’ajouter : « Chez Ecospace nous cherchons à anticiper les nouvelles formes de travail et d’art de vivre, qui sont peut être encore trop en avance pour la France, car le télétravail n’est pas une pratique si répandue pour le moment. »

Depuis le Royaume-Uni, Alex Johnson reste optimiste sur le développement de cette pratique en France. « Il existe déjà plusieurs entreprises françaises qui proposent ce type de bureau et je suis persuadé que les collaborateurs français comme dans d’autres pays souhaitent passer plus de temps avec leur famille et à la maison et éviter les longs trajets pour se rendre au travail ! »

Des formes classiques de la « cabane » en bois à des constructions audacieuses aux lignes contemporaines, il existe des bureaux de jardin pour tous les goûts. Alex Johnson recense depuis 2006 sur son site, toutes les réalisations innovantes en la matière pour permettre à chacun de scinder son temps de travail entre bureau de l’entreprise et bureau à la maison.

Un article signé Usbek&Rica

Crédits photos : CC0 Unsplash – Scott Anderson , CC Unsplash – Stephy Pariande , shedworking.uk , Tetra Shed Innovative Imperative , Polyhedron Office Pod , LongMist , archipods.com , officePOD , Workpod Eco Space

2020-02-26T15:52:48+01:00 admin

Articles associés

Emmanuelle Duez : «Mon lit peut aussi être un espace de travail»
Et demain ?
25.02.2016

Emmanuelle Duez : «Mon lit peut aussi être un espace de travail»

The Boson Project, une start-up qui accompagne les grandes entreprises souhaitant mettre en place de nouvelles méthodes de travail.

Et si on travaillait mieux dans la nature ?
Et demain ?
03.02.2016

Et si on travaillait mieux dans la nature ?

Selon la Harvard Business Review, travailler dans la nature permet aux salariés d'être plus concentrés et productifs.

Alexandre Jost : « La liberté est l’une des clés de l’épanouissement au travail »
Et demain ?
01.03.2017

Alexandre Jost : « La liberté est l’une des clés de l’épanouissement au travail »

Pour Alexandre Jost, fondateur de la Fabrique Spinoza, le bonheur au travail peut être un véritable levier pour la croissance.