Interfaces vocales et chatbots : bienvenue dans le smart building de demain
Et demain ?

Interfaces vocales et chatbots : bienvenue dans le smart building de demain

16.02.2017

Alors que Mark Zuckerberg passe le temps en créant une interface de reconnaissance vocale douée d’intelligence artificielle pour sa maison, à quoi pourrait ressembler notre quotidien au bureau une fois cette pratique généralisée ? Plongez dans le smart building de demain, aux côtés de Juliette.

Aujourd’hui comme tous les matins, Juliette se lève à 7h. Emma, son chatbot d’assistance virtuelle, fait sonner le réveil. Juliette souhaite « bonjour » à Emma qui, en retour, lui rappelle de sa voix apaisante les principaux événements de sa journée et lui fait un rapide point météo. Une fois prête, Juliette se met en route. En chemin, Emma la prévient d’éventuelles perturbations sur sa ligne de tramway et lui propose des trajets alternatifs.

« Ascenseur ou escaliers ? »

En sortant de la station, Emma a déjà un pied au bureau : elle règle la température du poste de travail de Juliette et envoie une requête à la machine à café de la cafétéria : « Le thé de Juliette doit être prêt dans 7 mn ».

« Veux-tu prendre l’ascenseur ou les escaliers ? », demande-t-elle ensuite d’un ton bienveillant à Juliette, qui vient tout juste de passer les portes d’entrée. « L’ascenseur », répond Juliette. « OK », obéit Emma. Pas besoin d’appuyer sur le bouton, ni de sélectionner l’étage , Emma l’a déjà indiqué au smart building, grâce à l’emploi du temps de Juliette.

Thé en main, Juliette se rend à son poste. En chemin, Emma lui lit un e-mail de Lisa, la collègue de Juliette : « Déjeuner ensemble ce midi ? ». Réponse dictée et envoyée : « Ça marche ! Rendez-vous 12h45 à la cantine ». Un horaire confirmé par Emma, qui vérifie en parallèle les précédents pics de fréquentation du restaurant d’entreprise.

Une fois que Juliette est installée à son bureau, Emma lui rappelle le premier point de sa to do list du jour : « As-tu finalisé les dernières slides de ta présentation de 11h ? ». « C’est parti ! », lui confirme Juliette.

« Mets-le en relation »

Emma l’interpelle un peu plus tard : « Ta réunion Point Hebdo commence dans 30 mn. Veux-tu que je prépare la salle ? ». « Oui », répond Juliette. Elle marque une courte pause, puis interroge : « Où se trouve la salle pour la réunion de 11h ? ». Emma : « Au 5e étage, salle Jules Verne ». Emma se met alors au travail. Elle envoie une requête à la pièce, qui ajuste l’éclairage et la température, et télécharge les différents documents sur l’ordinateur relié au rétroprojecteur.

Il est 11h, tous les participants sont présents, ou presque. « Tu peux afficher le document Stratégie et mettre Alexander de San Francisco en visio-conférence ? », demande Juliette à la smart room, qui s’exécute méthodiquement.

La réunion débute. Pour ne pas déranger tout le monde, Juliette met Emma en mode messagerie écrite sur un chatbot dédié. Mais le meeting s’éternise et empiète sur son rendez-vous de déjeuner avec Lisa. Juliette envoie alors un message furtif à Emma : « Dis à Lisa : retard, toujours en réu ». « E-mail envoyé à Lisa », confirme par écrit son assistante virtuelle.

« Bon choix ! »

À 13h, la réunion se termine enfin. Juliette s’interroge : « Est-ce qu’il y a beaucoup de monde à la cantine ? ». Emma, qui a retrouvé sa voix, lui répond que non. Et après avoir interrogé le chatbot du restaurant d’entreprise, elle lui énumère les différents plats du jour.

Pendant le déjeuner, Juliette se connecte à l’intra-chatbot d’entreprise, qui énonce les titres de l’actualité. Une fois sa pause-déj terminée, elle reprend le chemin de l’open space, en empruntant les escaliers cette fois-ci. Emma la félicite : « Bon choix ! ».

« Au revoir »

À la demande de Juliette cet après-midi, Emma lui a réservé un billet d’Eurostar pour son déplacement à Londres la semaine prochaine. Elle l’a aussi mise en relation lors de sa conférence-téléphonique de 16h et partagé avec son client un document sensible, crypté et marqué d’une signature électronique.

Alors que la journée de travail touche à sa fin, Juliette s’apprête à quitter les lieux. Emma lui pose une dernière question : « Veux-tu partager tes données du jour avec le bâtiment ? ». Juliette répond que oui, et toutes les 2 se disent au revoir… jusqu’au lendemain matin.

Un article signé WordAppeal

Articles associés

« Le Smart Building sera connecté, flexible et serviciel » Emmanuel François, co-fondateur de la SBA
Et demain ?
01.12.2017

« Le Smart Building sera connecté, flexible et serviciel » Emmanuel François, co-fondateur de la SBA

Pour Emmanuel François, Smart Buildings Alliance (SBA), le secteur immobilier vit un profond changement qui touche tous les métiers du bâtiment, comme les usagers.

Des mythes de l’intelligence artificielle aux réalités d’usage dans le bâtiment
Et demain ?
05.04.2016

Des mythes de l’intelligence artificielle aux réalités d’usage dans le bâtiment

Grâce à l'intelligence artificielle, le bâtiment devient une entité capable de traiter des données pour optimiser le confort des usagers.

Quand la science-fiction se met au travail
Et demain ?
30.03.2016

Quand la science-fiction se met au travail

Du plan de travail tactile et ergonomique au grand open-space aseptisé, la science-fiction imagine nos lieux de travail de demain.