Darwin, l’écosystème de la transition
Et demain ?

Darwin, l’écosystème de la transition

13.07.2016

En plein centre de Bordeaux, sur la rive droite de la Garonne, trois hectares d’anciennes friches militaires abritent Darwin, un laboratoire écologique et responsable qui rassemble espaces de coworking, entreprises, associations, commerces et restaurants. Une expérimentation urbaine, économique et sociale inédite.

Qui aurait imaginé qu’une caserne désaffectée accueillerait des bureaux partagés, des salles de réunion, des commerces responsables, des ateliers de réparation collaborative et le plus grand restaurant bio de France ? À Bordeaux, Darwin, lieu écolo et innovant, a réussi à créer un véritable écosystème rassemblant des entreprises et des acteurs de l’économie non-marchande. « Aujourd’hui, Darwin est fréquenté par plus de 2 000 personnes par jour. Il y a plus de 200 entreprises, une pépinière d’entreprises et une trentaine d’associations » compte Jean-Marc Gancille, co-fondateur de Darwin et directeur de la transition écologique du Groupe Evolution. « On accueille également des projets artistiques, des activités autour de l’économie verte et créative, ou encore un skatepark ! Tout cela enrichit notre écosystème. » Cabinets de conseils, agences de communication et d’architecture, ou encore start-up du développement durable, les entreprises implantées à Darwin représentent un vaste panel d’activités.

Un écosystème écolo

À l’origine de ce lieu atypique, une envie commune : créer un espace pour rassembler et porter des initiatives innovantes animées par le respect de l’environnement et la collaboration. À Darwin, vingt types de déchets sont recyclés et l’économie circulaire, le compostage et l’agriculture urbaine sont encouragés. « Nous sommes à la fois des entrepreneurs mais aussi des militants !  Ici on produit cinq fois moins de gaz à effet de serre que si on était dans des bureaux classiques ». Darwin produit une partie de son énergie grâce à un toit photovoltaïque et met en pratique l’approche NégaWatt. Afin de consommer le moins possible, les éclairages s’éteignent automatiquement à partir d’une certaine heure et la performance énergétique est l’une des priorités, tout comme la valorisation des énergies renouvelables. Darwin a d’ailleurs longtemps été le premier client national d’Enercoop, coopérative citoyenne fournisseur d’énergie 100% verte. « Le principe de Négawatt peut s’appliquer à d’autres domaines, comme les déplacements. On encourage le vélo, le covoiturage, l’autopartage… Les alternatives au tout-voiture. L’idée est d’embarquer toute notre communauté autour de cette philosophie » poursuit Jean-Marc Gancille. Et selon une enquête menée en mai 2015, ces bonnes pratiques seraient contagieuses : près de 70 % des « darwiniens » – surnom attribué aux habitués et résidents – affirment exporter les éco-gestes appris au bureau.

Philosophie de l’adaptation

Le développement et la gestion de cet espace en expansion sont gérés par le groupe Evolution. « Chose rare, le pilotage est privé et n’a bénéficié de pratiquement aucune subvention  publique » reconnait Jean-Marc Gancille. « Depuis la création de Darwin, notre philosophie, c’est l’adaptation. Face aux changements climatiques ou aux nouvelles manières de travailler, nous devons nous adapter ! » De quoi expliquer le nom donné à cet espace. Dans sa célèbre théorie de l’évolution, le scientifique britannique Charles Darwin démontre que les espèces qui résistent le mieux sont celles qui se sont adaptées aux conditions extérieures. Une approche mise en pratique au quotidien par les acteurs de ce lieu.

Aujourd’hui, cet écosystème fascine et attire la curiosité des promoteurs immobiliers. « C’est inédit alors beaucoup cherchent à comprendre comment ça fonctionne. Nous pensons que les acteurs de terrains sont ceux qui peuvent relever les défis en termes de développement durable car ils connaissent le territoire et ses besoins. Il ne s’agit pas de calquer le modèle de Darwin. Le copier-coller ne marche jamais mais on peut bien sûr s’inspirer de nos pratiques ».

Darwin espère ainsi contaminer la ville avec ses pratiques innovantes et écolo. Il y a un an, ses cofondateurs signaient une tribune dans Libération pour imaginer la ville durable. Une ville réconciliée avec l’environnement où fleurissent des alternatives créatives et solidaires. Lieu culturel désormais incontournable à Bordeaux, Darwin accueille également des conférences et des concerts. En septembre prochain s’y tiendra le festival Ocean Climax avec une programmation sous l’égide d’Edgar Morin pour sensibiliser au réchauffement et à la justice climatique.

Un article signé Usbek & Rica

Crédits header : © Darwin

Articles associés

Quand les plantes redonnent la vie aux friches industrielles
Et demain ?
29.06.2018

Quand les plantes redonnent la vie aux friches industrielles

La phytoremédiation est la capacité des plantes à décontaminer les friches industrielles. Portrait d'une technologie de dépollution douce et peu onéreuse.

Espaces de coworking : bien plus que des bureaux partagés
Et demain ?
18.01.2018

Espaces de coworking : bien plus que des bureaux partagés

Pour être des "places to be" les espaces de coworking proposent restauration, yoga, cinéma, coiffeur, crèche...pour fidéliser leur communauté.

Le Groupe GA livre le Campus Thales à Bordeaux
Presse
28.09.2016

Le Groupe GA livre le Campus Thales à Bordeaux

18 mois après le démarrage des travaux, le Groupe GA livre les 60 000 m² du Campus Thales Bordeaux - Mérignac (33)